LES SIGNES

Debout, ils posent face à l'artiste. Leurs gestes, empruntés à l'universalité de la langue des signes, illustrent un vocabulaire de la précarité et du désoeuvrement : pauvreté, isolement, aide sociale, etc. Ce sont des gens touchés par le chômage et exposés au risque d'exclusion à qui l'artiste a demandé de présenter le silence de leurs maux.

 

En accordant une attention passionnée aux sujets les plus humble, la peinture des exclus et des sans emplois s'approche des icônes du Moyen Age dans un hiératisme plus moderne, à l'instar du Christ bafoué de Fra Angelico.

Sous ces personnages aux gestes figés se cache une situation des plus urgentes.